BTP

29 mars 2022 par dans Construction, agrandissement et rénovation - 766 Lectures

Secteur du BTP : des prévisions 2022 mitigées après 2 années compliquées

La pandémie de la Covid-19 qui sévit depuis fin 2019 a impacté tout le secteur du BTP. La première cause est la succession des confinements qui ont interrompu les chantiers de construction à de nombreuses reprises sur 2020. Alors que 2021 a démarré avec des prévisions très prometteuses, la reprise n’a pas été à la hauteur des espérances. L’année 2022 démarre à peine et les professionnels de ce secteur restent réservés sur les pronostics de reprise.

Covid – BTP : Un volume d’activité en baisse de 13 % en 2020

Le secteur du BTP représente 15 % du produit intérieur brut de la France, avec une employabilité estimée à 2 millions de personnes. Il se positionne surtout comme le premier pôle économique au plan national et européen.

L’activité en Île-de-France pèse, à elle seule, pour un tiers du chiffre d’affaires à l’échelle nationale, soit 40 milliards sur les 140 générés par le BTP et 10 milliards d’euros sur les 37 qu’ont générés les travaux publics.

La crise sanitaire a donc été pour ce secteur l’un des plus gros coups durs de ces deux dernières années. En effet, en 2020, une baisse globale de -13 % de l’activité dans le BTP par rapport à l’année 2019 a été enregistrée.

Covid – BTP : -5 % d’activité globale en 2021

En 2021, les entreprises de BTP ont pu reprendre le travail, sans pour autant revenir à des niveaux d’avant Covid. Pour de nombreuses entreprises, comme le pôle BTP de la holding GJG basée en Guadeloupe, le secteur a globalement su rebondir. Cependant, il demeure malgré tout déficitaire deux années consécutives par rapport à 2019. La baisse de l’activité globale du secteur est passée de -13 % en 2020 à -5 % en 2021.

Bien que les ouvertures de chantier aient connu une hausse de +0,9 %, à 390 000 unités, le volume d’activité dans la construction de logement neuf reste quand même négatif, soit -5,8 %. La crise est plus profonde au niveau du logement non résidentiel neuf, dont les chiffres révèlent une production en baisse de 10,5 %, avec -11,6 % de surfaces démarrées.

À -2,6 %, le secteur de l’amélioration et de l’entretien des logements est celui qui semble se porter le mieux, cela, grâce aux travaux de rénovation énergétique. Avec la reconduction du dispositif MaPrimeRénov’, ils ont nettement passé leur niveau d’avant la crise, avec une augmentation de 5 %.

Secteur BTPSecteur BTP : Les nouveaux emplois en hausse malgré la crise

Les difficultés du secteur du BTP n’ont pas empêché une augmentation significative des emplois créés. Pour 2021, ce sont près de 600 000 nouveaux postes qui ont vu le jour, mêlant les salariés et les intérimaires en équivalent-emploi à plein temps, ce qui représente une hausse de 4,8 %.

Ce déphasage entre les chiffres sur l’activité et ceux de l’emploi s’explique par plusieurs facteurs, comme le recrutement d’ouvriers locaux en remplacement à tous les étrangers qui ont dû retourner dans leur pays d’origine au moment fort de la crise sanitaire. Ce qui qui a été consécutif à l’augmentation des commandes et la baisse de la productivité.

Malheureusement, ces chiffres positifs n’ont pas suffi à empêcher que la situation financière des entreprises se dégrade davantage. Celles-ci ne réussissent toujours pas à retrouver les mêmes niveaux de marges opérationnelles qu’en 2019. Les perspectives seront-elles plus reluisantes en 2022 ?

Des chiffres mitigés pour 2022

D’après les prévisions 2022 dans le BTP, l’activité sera en augmentation de 4,3 %, sans les effets de prix, ce qui devrait permettre de remonter la pente et tutoyer le niveau d’avant crise, même si elle restera dans le rouge, à -0,9 %. Alors que la France se dirige vers la levée des restrictions à la mi-mars, ces prévisions pourraient nettement évoluer. 

Les logements individuels neufs semblent avoir le vent en poupe, grâce à la progression de 15 % des ventes et des permis de construire entre 2019 et 2021. Concrètement, ce sont environ 398 000 logements qui doivent démarrer en 2022, ce qui représente une augmentation de 2,1 %. Cette tendance va doper l’immobilier neuf qui connaîtra une hausse d’activité de 7,3 % pour cette année.

Le secteur de l’amélioration et de l’entretien, toujours encouragé par la rénovation énergétique et la hausse historique des travaux dans l’immobilier ancien sur 3 années consécutives, ne perdra pas son élan de 2021. La progression se poursuivra et est estimée à 2,7 % pour 2022.

Quant à l’emploi, les prévisions annoncent 25 000 nouveaux emplois créés pour le compte de l’année 2022. Toutefois, ces chiffres ne se confirment pas tant que des solutions concrètes n’ont pas été trouvées aux difficultés de recrutement des salariés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.