5 juillet 2019 par dans Plâtre, plafond et cloison, isolation - 262 Lectures

L’isolation thermique de la maison : ce que vous devez savoir !

Pour améliorer la performance énergétique d’une maison, il faut envisager la mise en place d’une meilleure isolation thermique sur le sol, les murs, le plafond et la toiture. Aucune partie du logement ne sera épargnée ! Aujourd’hui, en construction comme en rénovation, plusieurs solutions techniques sont disponibles. Pour ne pas exploser votre budget, les aides financières sont des ressources considérables.

L’isolation thermique, une priorité absolue pour la maison

L’isolation thermique est et reste un enjeu pour la société. Par ailleurs, les politiques incitatives qui se focalisent sur la réduction de gaz à effet de serre deviennent de plus en plus influentes. Actuellement, de nombreux types d’aides sont accessibles pour les personnes qui désirent se lancer dans cette aventure.

La Prime Energie Plus par exemple, concerne les particuliers dont les revenus sont modestes. Selon une étude récente, plusieurs régions dont Bourgogne–Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpe ont une masse de logements classés de E à G en matière énergétique. Et il s’agit ici des endroits qui requièrent le plus de chauffage ! Le constat est sans appel : ces habitations usent d’énergies polluantes et sont mal isolées. Les propriétaires devront donc se bouger pour trouver les artisans afin d’isoler leur maison à moindres frais.

Une solution thermique pour chaque partie

Les techniques d’isolation sont nombreuses. Cependant, il faut savoir que celle choisie doit répondre à vos besoins. Pour l’écolo, respectueux de l’environnement, il investira dans des matériaux naturels qui réclament peu, sinon pas d’énergie grise du tout pour leur transfert et leur fabrication. Concernant l’isolement de la toiture, la technique diffère pour les combles perdus et des combles habitables.

Une isolation par l’extérieur est de mise si vous souhaitez laisser vos poutres apparentes. De plus, cette technique allie esthétique et performance. Pour les sols, l’installation d’un plancher chauffant ou de plaques de polystyrène fera l’affaire. Deux choix sont possibles pour l’isolement des murs : une isolation par l’intérieur ou une par l’extérieur. Pour isoler correctement les fenêtres, le double ou le triple vitrage est idéal si vous êtes sujets à des bruits extérieurs conséquents. L’option sur la menuiserie peut également faire la différence : aluminium, PVC ou bois.

Il est bon à savoir qu’un calorifugeage réparti est possible sur une construction neuve, mais en privilégiant des matériaux novateurs et performants utilisables pour l’édification aussi bien que pour l’isolation.

Chasse à la déperdition de chaleur dans la maison !

Un mauvais isolement fait d’une maison une véritable passoire thermique. La toiture est l’élément central à considérer avec 30 % des pertes calorifiques. Les murs viennent en seconde position avec 20 %, talonnés de près par les fenêtres avec 15 %. 10 % de pertes sont engendrées par les ponts thermiques et 15 % par les fuites d’air.

Lorsque les sols sont isolés, la maison gagne 10 %. Les endroits qui sont pénétrés par la chaleur extérieure sont identiques à celles qui font les déperditions de chauffage en hiver. Une bonne isolation impacte positivement toute l’année, que ce soit en hiver ou en été.

Il est mieux de choisir un dispositif d’isolation thermique qui procure en même temps, une meilleure isolation acoustique si vous habitez dans une maison à passages fréquents.

Une isolation thermique optimale, un bonus de vente

Avant d’acquérir une maison, la question qui revient le plus souvent fait référence à l’isolation thermique. Les futurs acquéreurs sont soucieux de la performance énergétique de celle-ci. Un diagnostic obligatoire connu sous le nom de DPE est nécessaire avant l’emménagement. Si l’habitation est classifiée en F ou G. Ils exécuteront des travaux relatifs au chauffage et à l’isolement s’ils ne désirent pas que leurs factures en énergies soient salées.

En revanche, si la maison est classée en B ou C, cette preuve atteste que le logement est bien isolé et offre un niveau élevé de confort. Si vous remontez la classe de la maison d’un C à B, cela aura pour avantage d’augmenter votre prix de vente de 5 à 10 %.

Même si votre habitation n’est pas à vendre tout de suite ou que la revente n’est pas aussi dans votre projet, le DPE vous permettra d’avoir des informations précises en termes énergétiques sur votre logement. De ce fait, vous pouvez penser aux éventuels travaux à réaliser qui visent à réduire vos factures en énergies. Encore un plus : ce DPE volontaire vous donne la possibilité d’obtenir un crédit d’impôt de 30 % du prix avancé.

À suivre également : le marché de l’immobilier en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *